Essai Advance XI, tailles 23, 25 et 27

DCIM100GOPROGOPR5947.JPG

XI au gonflage en pente école

« Elle est beeeeeelle cette aile », c’est ce qu’on entend souvent lorsque les pilotes parlent de la voile légère B+ de chez ADVANCE: la XI…

En effet, la XI, comme d’autres ailes de cette catégorie B+ a vraiment un très bel équilibre au niveau visuel. L’idée est donc dans cet essai de voir si le fond est aussi intéressant que la forme!?

Au sol, avant de voler:

Beaucoup d’ailes modernes sont munies de joncs, la XI n’échappe pas à la règle. Advance va même une peu plus loin que certaines ailes de la catégorie en mettant 2 zones où l’on retrouve ces joncs: environ 40 cm au niveau du bord d’attaque mais aussi 36 cm au niveau du bord de fuite XI extrados joncs Ceci demandera au propriétaire d’une XI de prendre soin de ces éléments rigides afin de ne pas les abîmer. Rien de sorcier, mais un peu d’attention à ce niveau là permettra à l’aile de bien vieillir…

A la pesée, la XI est annoncée à 3.8 kg par Advance dans la taille 25 et 3.6 pour la taille 23; c’est ce que nous avons aussi mesuré à plus ou moins 100 g avec notre balance maison, réglée aux petits oignons. L’aile s’installe donc dans la catégorie des ailes de cross légères. Elle a pour but de faire du marche et vol, du voyage et bien sûr, du vol de distance afin de réduire au mieux le poids et l’encombrement du sac de son propriétaire..

Avant de voler, nous passons tous par cette phase de démêlage qui peut, suivant l’angle de la lune et du coefficient de marée, assez rapidement nous faire changer d’humeur… ;-). Ainsi cette XI, avec son suspentage non gainé et assez fin de bas en haut, pourrait donner quelques sueurs froides aux plus nerveux d’entre nous mais, en fait, cela ne va pas si mal. Au cours de nos essais, sur des terrains humides rendant la fluidité du suspentage un peu compliquée, il nous a suffit de libérer la ligne d’avant et de tirer un peu sèchement sur les freins pour avoir une situation très claire de toutes les ficelles de la XI. Attention toutefois à ne pas s’emballer et à surveiller particulièrement les suspentes les plus hautes, très fines, qui pourraient, un jour où il ne sert à rien de jouer au bingo, générer des clefs.

Les élévateurs sont simples d’utilisation, il faut juste prendre le temps de comprendre que la ligne de A permettant de faire les oreilles, en dyneema, est à saisir afin d’avoir une montée d’aile le plus homogène possible. En faisant des essais de gonflages avec différentes prises d’élévateurs avant et dans des conditions de vent calme (+ ou – 1 à 5 km/h), nous avons pu noter les éléments suivants:

  • dos voile et face voile, élévateurs centraux uniquement: gonflage régulier mais tendance à faire une « crevette »; on remarque que cette technique aidera à avoir une montée peu franche car l’aile a un peu de mal à se remplir et donc à glisser…
  • Dos voile et face voile, élévateurs avants TOUS en main: l’aile gonfle ici de façon plus homogène, avec davantage de tenue sur son envergure. La glisse générée est alors plus nette dès les premiers pas suivant l’impulsion du pilote. Sur un décollage avec du vent, le pilote fera attention avec cette prise de commande afin de bien trouver le rythme de gonflage et ne pas risquer de se faire « arracher » par cette aile que l’on sent puissante.

Dans des conditions de vent un peu soutenues (15 à 20 km/h), la XI demande une impulsion vraiment légère. Dans de telles conditions, on perçoit bien lors du jeu au sol que les commandes de la XI sont précises, donnant un bon sentiment de contrôle de la machine.

Son comportement en vol:

A savoir avant de lire la suite: nous avons testé cette aile avec les sellettes suivantes: SUPAIR Delight 3, WOODY VALLEY GTO light et NEO Stay Up. Ces cocons ont des comportements bien différents les uns des autres et nous ont permis de voir le caractère de la XI dans des masses d’air variées…selon différents pilotes!

En vol avec la XI 23 (70 à 88 kg), chargée à 92 kg :  on ressent dès les premiers moments du vol une aile tendue, réactive, un peu nerveuse avec cette charge alaire. Toutefois, le taux de chute reste bon et surtout on peut placer l’aile à sa guise dans le thermique. Le point de parachutage de l’aile est assez haut lorsque l’on charge la XI 23 tout en haut de fourchette. En descendant les mains, l’aile devient physique; même si l’aile prévient bien son pilote qu’il serait temps de relever les mains, le décrochage est un peu brutal si on insiste un peu trop…. Attention donc à ne pas abuser des basses vitesses lorsque le pilote se rapproche du haut de la fourchette d’utilisation de la XI.

En vol avec la XI 25 (80 à 100 kg), chargée à 92 kg : la mania est ici un peu moins bonne; les bouts d’ailes sont un peu vivants et ont tendance à frémir un peu avec cette charge alaire. Ces sensations dans le bout d’aile permettent par contre de bien toucher l’air, et certainement de prévenir de plus grosses fermetures. Au moment de chercher le point de décrochage, avec le réglage d’origine, il est nécessaire de descendre, et de maintenir, franchement les mains au niveau des hanches. Le bout d’aile arrête de voler en premier et recule pour décrocher. Le retour en vol est instantané en remontant les mains dés que l’on ressent que l’aile recule; l’abattée qui s’en suit est des plus simples à gérer.

En générant des fermetures asymétriques, la XI 25 part assez nettement sur un quart de tour puis se stabilise naturellement. Pas de surprise!

En vol avec la XI 27 (92 à 114 kg), chargée à 110 kg: un peu long dans la commande, au goût du pilote qui a fait l’essai, avant d’avoir la réaction attendue de l’aile; la maniabilité est bonne, tout comme son équilibre. L’aile est bien tendue, solide mais qui demandera peut être des gestes justes à son pilote en cas de bonne crêpe. Le bout d’aile est aussi un peu fragile ou en tout cas respirant

Après quelques heures à des différentes charges alaires différentes, on a pu ressentir que la XI est vraiment solide lorsqu’elle est bien chargée; toutefois, la fermeture est alors nettement plus impressionnante que lorsque l’aile est chargée à moitié de son PTV. On a donc bien envie de suivre les recommandations d’Advance qui préconise de charger l’aile à mi fourchette. C’est bel et bien dans cette zone que l’aile rend un excellent pilotage et une glisse très intéressante.

Au niveau glisse, l’accélérateur permet d’aller chercher un peu de vitesse et de tendre la ligne. Sans parler de flottement, le pilote pourra sentir que la XI avance de façon très agréable dans la masse d’air.

Pour conclure, après quelques heures de vol, La XI est bel et bien dans le segment des ailes B+. Cette catégorie d’aile offre un rapport pilotage/glisse/sécurité passive vraiment important. Le risque principal avec ces machines, et la XI nous a bien donné elle aussi ce ressenti, est de croire que rien ne peut arriver, que l’on peut aller partout sans craindre de prendre l’aile trop violemment sur le museau. Pour ma part, j’aurais bien envie de confier une XI à un pilote avec déjà une belle expérience, capables de se rappeler où se situent ses mains dans toutes les configurations de vol…

Les moins:

  • suspentes fines qui pourraient inquiéter quelques pilotes
  • couleurs pas assez variées

Les plus:

  • les qualités de glisse
  • sa facilité au gonflage
  • précision de virage
  • équilibre général
  • son « shape »
  • la finition de la marque…
DCIM100GOPROGOPR5951.JPG

Bientôt sous le nuage?

DCIM100GOPROG0256015.JPG

En vol sous la XI