Comment choisir sa voile montagne ?

Les ailes montagnes ont maintenant des poids ultra contenus, entre 900 grammes (oui oui, vous avez bien lu 900 grammes) et 3 kg pour les "plus lourdes".

Les ailes les plus légères, dites « simples surfaces », seront celles qui glissent le moins. Ce d’autant moins que le vent s’opposera à elles... Le retour au sol n’est pas non plus des plus intuitifs avec ces parapentes à cause d’un manque probant de ressource.

L’avantage de ces ailes réside surtout dans leur encombrement minimal (tant dans le sac que sur une décollage) et une mise en forme rapide qui amène à un décollage ultra court.

C’est la voile parfaite pour le volant/traileur, pour l’alpiniste avec une bonne expérience. Un pilote à la recherche du sac le plus léger pourrait aller voler avec un sac (voile, sellette, casque, sac lui-même et coupe-vent) de moins de 2kg, le tout contenu dans un sac de 12 litres….

Cependant si ces voiles sont accessibles dans des conditions facile (sans vent et pas de thermique), elles demandent beaucoup plus d'attention dès qu'il ya du vent et/ou des thermiques.

Aux Passagers Du Vent nous sommes persuadés que devant l'extrême facilité de gonflage et de décollage, se cachent d'autres caractéristiques qui limitent leur utilisation, si on veut rester en sécurité en tant que débutant.

 

Face aux ailes simples surfaces, les ailes de constructions traditionnelles ont encore de vrais arguments à faire valoir : leur vitesse face au vent, leur capacité à glisser (pour faire de petit parcours cross ou simplement passer un plateau ou une vallée ...), leur sécurité passive aussi nous semblent supérieures dans des conditions ventées ou avec des thermiques bien installés.

De plus en montagne dans des terrains un peu hostile (pierrier, broussaille) on se sent toujours un peu plus serein en cas de dechirure au décollage avec 2 couches de tissus.

L’inconvénient majeur de ces ailes, comparées aux mono-peau, concerne leur poids (1.65 pour les plus light) et une mise en forme souvent un peu plus longue avant de décoller. Mais un peu plus longue que "très rapide" reste encore rapide, ainsi qu'un volume dans le sac un peu plus important.

Ceci étant dit, le delta avec les ailes simples surfaces tend à se réduire ces dernières années, car les fabricants descendent en surface avec des ailes dans les 13 a 14 m2. Attention car au fur et à mesure que la charge alaires (kg par m2 de tissus) augmente le niveau de pilotage et la vivacité des réactions augmentent fortement. Si une mono surface ne nous paraît pas toujours adaptée à  un pilote débutant ou en progression dans des conditions turbulentes, il en va de même pour une aile classique avec une charge alaire importante qui, à partir d'une certaine charge, sera à réserver aux experts.

 

Pour parler concrêtement. dans les ailes mono surface 3 marques ont posé leurs jalons:

- Ozone a été le premier à sortir ce type d'aile. Si la première XXLITE était très pointue à piloter la seconde version ( xxlite 2 ) est plus accessible mais demande quand même déjà un peu d'expérience.

- Niviuk de son côté en est déjà à sa 3ème version de mono surface avec la skin 3 et skin 3 P (version encore plus légère). Cette 3ème version a vraiment progressé en finesse et pénétration face au vent. Son niveau de pilotage est très abordable pour une mono surface

- Air design a aussi développé sa première mono surface il y a quelques années: l'UFO, un peu plus 4x4 que les concurrents à l'époque, avait un niveau de pilotage très accessible pour ce type d'aile. La nouvelle version, l'UFO 2 que nous venons d'essayer en mars 2021 propose de vraies avancées. L'idée de Air design était de garder une aile facile et accessible ...en réduisant toutefois un peu les surfaces.

Pour ce qui est des ailes "classiques" les références nous paraissent être:

- Ozone une fois de plus qui avait ouvert le bal avec l'ultralight aile référence en aile montagne, légère , et trés accessible mais en contre partie pas la plus fun à piloter. L'utralight 4 à gardé toutes ses caractéristiques.

- Advance avec la pi qui en est à sa 3 génération a su conquérir le cœur de nombreux adeptes de la montagne. Un compromis presque parfait de finition , facilité , volume poids et performance. Le pilotage est intuitif, évident et sympa.... mais tout ceci à un certain prix...

- Air design a surpris tout le monde en arrivant avec sa Susi 3 bourrée de qualité et à un prix contenu; en peu de temps elle est devenue une star et ce succès est mérité. Sûrement le meilleur rapport qualité / poids / fun / prix du marché

- Gin avec sa YETI est sur le marché depuis de nombreuses années. Toutes les versions de Yeti étaient des ailes reconnues pour une facilité de pilotage avec une bonne sécurité passive. Nous trouvions souvent le suspentage un peu trop fourni et pas facile à démêler et le volume de l'aile un peu important. La Yeti 5 sortie récemment à fortement évolué, avec un suspentage fluide, une finition impressionnante et un pilotage agréable et super accessible et, enfin, un volume contenu.

- Nova avec la double skin et la Bantam tente de faire sa place. La double skin est la plus légère à sa sortie avec 2.1kg pour 20 m2 . En plus d'un poids minime elle est facile et performante pour cette catégorie d'aile. Le prix est lui à l'inverse du poids: plutôt lourds... La bantam (une mini double skin) peut vraiment concurrencer les mono surfaces,  avec ses petites surfaces et donc un poids et un volume très light (1.65 kg la plus petite ) mais avec beaucoup plus de vitesse et de fun. Le cône de suspentage ultra court est un vrai atout sur les decollage hostiles.

Bref de nombreuses bonnes ailes existent. Une fois de plus les bonnes questions à se poser sont:

- quelle utilisation vais je en faire ( voyage, marche et vol, paralpinisme, monter simplement au déco à pieds...)

- dans quel environnement (déco existant ou sauvage, en moyenne ou haute montagne, dans secteur connu ou nouveau à chaque vol...)

- dans quelle aérologie ( le matin ou le soir , en soaring en thermique , ou peu importe...)

- quel est mon niveau de pilotage ( année d'expérience et volume )

- de quoi j'ai envie (simplement redescendre de la montagne, thermiquer si c'est possible ou effrayer tout les écureuils et marmottes de la montagne en leur passant au plus près...)

Quand vous aurez les réponses à toutes ces questions il vous restera plus qu'à aller essayer les ailes qui correspondent le plus à vos critères. Comme toujours choisissez celle qui vous donne le plus grand sourire

Tous droits réservés 2019

Site désigné et développé par l'agence TOD.