Comment choisir sa voile montagne ?

Les ailes montagnes ont maintenant des poids ultra contenus, entre 900 grammes (oui oui, vous avez bien lu 900 grammes) et 3kg pour les plus lourdes. Les ailes les plus légères, dites « simples surfaces », seront celles qui glisseront le moins. Ce d’autant moins que le vent s’opposera à elles. Le retour au sol n’est pas non plus des plus intuitifs avec ces parapentes à cause d’un manque probant de ressource. L’avantage de ces ailes réside surtout dans leur encombrement minimal (tant dans le sac que sur une décollage) et une mise en forme rapide qui emmène à un décollage ultra court. C’est la voile parfaite pour le volant/traileur, pour l’alpiniste avec une bonne expérience. Un pilote à la recherche du sac le plus léger pourrait aller voler avec un sac (voile, sellette, casque, sac lui-même et coupe-vent) de moins de 2kg, le tout contenue dans un sac de 12 litres….Face aux ailes simples surfaces, les ailes de constructions traditionnelles ont encore de vrais arguments à faire valoir : leur vitesse face au vent, leur capacité à glisser (pour faire de petit parcours cross), leur sécurité passives aussi. L’inconvénient majeur de ces ailes comparées aux mono-peaux, concerne leur poids (1.5 pour les plus light) et une mise en forme souvent un peu plus longue avant de décoller. Ceci étant dit, le delta avec les ailes simples surfaces tend à se réduire ces dernières années. Ces ailes à la construction classique pourront convaincre les pilotes à la recherche d’une glisse très correcte, d’une aile multi-usage (voler sur site, marcher, crosser) tout en permettant d’avoir des sacs dépassant rarement les 7kg… Ce segment est totalement génial pour les voyageurs que nous sommes tous un petit peu. Il faudra juste prendre soin de ces ailes aux matériaux ultra light et somme toutes plus fragiles que les « grosses » ailes.

Tous droits réservés 2019

Site réalisé avec amour par T4D et Seegn